missions-content-manager

On poursuit les témoignages métiers autour de celui de rédacteur web avec le Content Manager, une profession à mi-chemin entre les fonctions de community manager et de responsable éditorial. Rencontre avec Julie Houmard qui nous parle de son métier.

A quoi ressemble une journée type d’un Content Manager ?

redaction-de-contenusJe suis freelance, donc comme la plupart des freelances, je pense, je n’ai pas vraiment de journée type ! Mais voilà à quoi pourrait ressembler ma journée idéale :

Je commence par 30 minutes de veille pour mes clients, je réponds à mes mails et, généralement, je consacre le reste de la journée à un seul client. Si c’est un nouveau client, je vais travailler sur la stratégie éditoriale qu’on va mettre en place en fonction de ses objectifs, sa cible, ses valeurs, ses moyens, etc. Si j’ai déjà défini cette stratégie avec le client, je passe à la création de contenu.

D’abord le squelette : le planning éditorial. Je choisis les thématiques qu’on va aborder, les sujets des articles de blogs à venir, puis je réfléchis par exemple au contenu que je vais créer pour les réseaux sociaux à partir de cet article : une vidéo ? Une infographie ? Un extrait sous forme de citation ? Ensuite, je passe à la création de contenu en tant que telle. C’est l’étape la plus longue, mais celle que je préfère.

Lire aussi : Comment commencer votre journée du bon pied ?

Quelle est la différence avec le métier de Rédacteur web ?

Alors que le rédacteur se focalise sur le texte, c’est-à-dire le style, la structure et l’optimisation SEO, le Content Manager crée l’ensemble du contenu qui va servir la communication digitale de ses clients. En tant que créatrice de contenu, je peux donc être amenée à rédiger des articles “Google friendly” pour le blog d’une entreprise, mais aussi à piloter sa communication sur les réseaux sociaux.

Je crée l’ensemble de ces contenus à partir de la ligne éditoriale que nous avons fixée au préalable, une étape indispensable. Je rédige les posts, je choisis les photos, je crée des visuels (infographies, images animées, etc), en tenant compte des règles dictées par les différents algorithmes (Facebook, LinkedIn, Instagram, etc.). Pour être Content manager il faut être “touche-à-tout” : avoir une jolie plume, des idées et un soupçon de créativité pour proposer des originaux qui sauront capter l’attention.

Qu’est-ce qui t’anime au quotidien dans ta profession de CM ?

content-manager-metierCe que j’aime dans ce métier, c’est que le consommateur/internaute est placé au cœur de la communication. On est dans une démarche, à mon sens, plus intéressante que la publicité traditionnelle qui est avant tout dans la promotion de produits ou services. Dans le marketing de contenu, la valeur à apporter à l’internaute est essentielle.

On s’intéresse à lui, à ses besoins et ses attentes, pour pouvoir lui proposer un contenu pertinent et utile. Je suis bien consciente que la finalité pour les marques reste de vendre, mais je trouve cette approche plus intéressante.

Quels conseils donnerais-tu aux personnes souhaitant faire ce métier ?

Je dirais qu’il faut être sacrément organisé et laisser le moins de place possible à l’improvisation. Mon planning éditorial et mes posts sont préparés avec un mois d’avance. De cette façon, je n’ai pas à gérer la création au jour le jour. C’est beaucoup moins stressant, ça permet de toujours suivre la ligne directrice et de garder une cohérence dans l’ensemble du contenu.

Si j’avais un conseil à donner, ce serait de faire attention à ce que la veille concurrentielle ne viennent pas brider la créativité. Je fais une veille régulière et quotidienne que j’essaye de décorréler de la partie créative pour que mon contenu n’ait pas un air de déjà-vu.

Vous pouvez contacter Julie directement sur LinkedIn.

Lire aussi : Quelle place pour les femmes sur le marché du freelancing en 2019 ?

Rédactrice indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *