Le marché du travail français n’en finit pas de se transformer créant de « nouvelles formes d’emploi » qui s’installent dans le paysage et se banalisent. Il y a encore quelques années, on avait du mal à imaginer que le Freelancing puisse correspondre à un choix de carrière. Mais aujourd’hui, plus que jamais, être Freelance est un choix. Quelles sont leurs motivations ? Leurs aspirations ? Une étude de MALT fait le point.

Freelance : leurs principales motivations

Les raisons d’être Freelance sont multiples, mais elles correspondent presque toujours à un choix aspirationnel : être plus autonome et mieux travailler. Pour 88% d’entre eux, il s’agit de répondre à un besoin d’indépendance, pour 81% de pouvoir organiser librement leur emploi du temps, pour 57% de pouvoir choisir leurs clients et leurs projets. Les raisons de leur choix se retrouvent en grande partie dans les avantages ressentis au quotidien dans leur vie professionnelle.
Ce qu’ils valorisent le plus, c’est de pouvoir décider de leurs missions et de leurs conditions de travail. Ce que les sociologues appellent l’agentivité, c’est-à-dire la capacité à agir sur sa vie, par opposition à ce qu’impose la structure, est le principal avantage ressenti par les Freelances.

L’image du jeune Freelance précaire, forcé de se mettre à son compte « faute de mieux » en attendant un « vrai » emploi est battue en brèche. De même que celle du Freelance ne travaillant que deux jours par semaine, sur une plage paradisiaque !

Lire aussi : La réunion : utile ou inutile en 2019 ?

Freelances pour longtemps !

Les Freelances travaillent pour tout type d’entreprises. Quand certains sont attirés par les grands groupes (plus de 5 000 salariés) pour des projets notamment liés à la transformation numérique, d’autres Freelances font le choix de ne travailler que pour des plus petites structures pour la variété des missions et l’autonomie qu’elles requièrent.

Certains sont abonnés aux missions longues et privilégient le fait de ne travailler que pour un seul client pendant longtemps, tandis que d’autres préfèrent travailler avec un plus grand nombre de clients : 49% ont travaillé avec plus de 5 clients au cours des 12 derniers mois (dont 23% avec plus de 10 clients).

92% voient le Freelancing comme une situation à long terme et 88% ne souhaitent pas redevenir salarié à temps plein dans une entreprise : des chiffres qui viennent contredire l’idée reçue qui voudrait qu’ils soient freelances « faute de mieux » et «en attendant un vrai travail ».

Lire aussi : Le salaire : pourquoi est-ce si tabou en France ?

Les principales difficultés du travailleurs Freelance

  1. Trouver des clients (65%)
  2. La fluctuation des revenus (56%)
  3. L’absence de certains avantages (36%)
  4. La difficulté d’accès au logement (29%)
  5. La solitude au travail (27%).

La vie de Freelance n’est pas « un long fleuve tranquille ! »

On se retrouve notamment seul(e) face à des tâches qui, dans le cadre d’une entreprise classique, sont normalement prises en charge : trouver des clients, administration, mutuelle, comité d’entreprise… Être Freelance, c’est quelque part ne compter que sur soi-même et ses compétences car on se retrouve seul(e) responsable de son activité et donc de sa réussite !

Rédactrice indépendante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *